Y.B Paris interview Louis Cardin pour Chamberlan

 

Les femmes qui découvrent la Maison Chamberlan, partent à la découverte d’un univers dont la symbolique, l’infini, les entraînent dans un rêve de petite fille éveillée. Louis Cardin a cette sensibilité, que ressentent les artistes rêveurs mais, ancrée dans la réalité quand il s’agit de créer pour les femmes,la chaussure idéale. L’objet de son attention, le soulier, qu’il dessine et met en avant dans ses collections présente un univers qui raconte une histoire, où tradition et modernité sont mêlées. L’application imaginée par la marque démontre une certaine audace de la part de ses fondateurs Sophie Engster et Franck Le Franc,offrant à la clientèle le pouvoir de choisir et personnaliser son propre style de modèle. Ce qui m’a particulièrement marqué dans la marque Chamberlan, au-delà des deux styles de modèles, c’est la symbolique du double infini. A ce sujet, Louis Cardin nous en dit plus dans son interview…

Le site ici

La page facebook

 

13006734_215198838851031_389098055465909405_n

Créateur Louis Cardin.jpg

Qui es-tu, Louis Cardin ? Artiste ou créateur de la mode ?

 

Les deux. Créateur de mode dans mon métier, et artiste dans la vie de tous les jours. Je crée des meubles, des luminaires et des objets. J’aime la photo et faire de la musique avec mes amis aussi.

 

La mode ? Une tendance ou une idée d’éternité ?

 

Les deux, elle est aussi l’identité culturelle des civilisations. Prenons un homme et une femme nus, qui sont-ils ? d’où viennent-ils ? à quelle époque vivent-ils ?

Par le vêtement on peut identifier leur époque, genre, situation géographique, statut social, métier…etc

 

Pourquoi souhaiter redéfinir l’infini dans l’emblème de la marque, par l’idée d’un double 8 ? Est-ce l’idée du double qui t’inspire ?

 

Le 8 est mon chiffre fétiche, il symbolise l’infini. Et en tant que créateur j’aime l’idée de ne pas avoir de limites dans la création. Le 8 incarne aussi parfaitement l’esprit de la Maison Chamberlan qui permet une infinité de personnalisations…

 

-Qui est la femme Chamberlan ?

C’est une femme très amoureuse de chaussures ! Mais surtout désireuse d’ouvrir les portes d’un monde qui réconcilie rêve et réalité. Car plus que des souliers, c’est un passage vers un univers fantasmé, une quête de soi et d’épanouissement, un rêve de petite fille enfin exaucé.

 

-L’univers haut en couleur que tu présentes dans tes collections, c’est la signature ou juste une impression ?

Je dirais que c’est une proposition car je ne veux rien imposer aux femmes. Je me vois plutôt comme un guide qui répondrait à toutes leurs envies.

 

-Les deux modèles de souliers représentent t’ils bien deux femmes distinctes ?

Ça je le garde pour moi… 😉

 

-Que veux-tu véhiculer comme message, aux travers des deux types de modèles ?

 

La ligne Vendôme se distingue par son liseré. Il peut être discret ou extravagant mais c’est la touche couture qui signe la silhouette.

Et la ligne Montmartre caractérisée par son décolleté asymétrique, soulignant une ligne élégante et graphique tout en finesse.

 

-Cherches-tu à développer un troisième type de modèles symboliques ?

Et pas qu’un troisième, je cherche aussi à développer des sandales, slippers, low boots, bottes et bottines…

 

-La marque aide aussi les futures mariées à trouver les souliers de leur rêve ? Est-ce exact ?

C’est exact ! Toutes les mariées devraient avoir une bonne fée pour les accompagner dans la création de la tenue qu’elles porteront le jour J.

Chamberlan offre un large choix de coloris, c’est une occasion unique d’avoir une paire de souliers sur-mesure et parfaitement coordonnée à la robe de ses rêves…

 

-Le processus créatif que tu développes, c’est le fruit de tes recherches, ou un rêve que tu poursuis ?

Je laisse mon instinct créatif s’exprimer sans contraintes. Une chaise, un détail architectural ou une femme peut être le fruit de mon inspiration…

 

-L’application développée par la marque démocratise la mode haut de gamme ? Est-ce également une manière de développer la marque à l’internationale ?

Elle démocratise le sur-mesure et permet un gain de temps considérable. Plus de contraintes de rendez-vous avec le bottier. Vous pouvez être n’importe où, chez vous, au travail, entre copines ou en vacances, vous prenez vos mesures en seulement quelques minutes et quelques clics. Et quelques semaines plus tard la magie opère…

 

-Comment s’est déroulé ton passage à la chambre syndicale de la couture parisienne ? C’est là que tu as tout appris ?

Ça a été une très belle expérience où j’ai pu apprendre les bases du métier et rencontrer des profs et des élèves passionnants. Mais la personne qui m’a tout appris c’est mon oncle ! Il m’a personnellement initié à la création dés mon plus jeune âge, et il reste le meilleur professeur que je n’ai jamais eu. C’est une chance énorme d’apprendre à ses côtés.

 

-Finalement, les créations que tu proposes, acte de rébellion ou respect des traditions ?

J’essaie d’innover tout en gardant une base traditionnelle. J’aime regarder dans le passé pour créer le futur.

Merci à toi Louis Cardin

Marie-Caroline Rey

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s